Espérer?

Je crois comprendre qu’il n’y a rien à espérer, pourquoi? Je parle de l’espoir qui garde une part de doute.
Est-ce que cela signifie que je ne devrais pas avoir d’objectif, que je ne devrais pas avoir d’intentions ou de volonté? Au contraire! Je parle de l’espoir qui se projette dans le futur, qui donc occupe mon esprit et mon temps à une finalité qui n’a pas encore de réalité au lieu de m’occuper du processus qui se met en œuvre dans l’instant présent en fonction de mes choix et de mes objectifs.
Ce n’est pas clair?
Je crois que notre expérience (en fait, la manière dont nous la percevons) découle de nos pensées, paroles et actions (à partir de notre conscience, nos choix d’incarnation, notre individualité) et que, de ce fait, espérer un événement futur apporte de l’énergie à la pensée que je n’ai pas encore ce que je veux ce qui entretient le fait de ne pas l’avoir!….
La confiance ( en la Vie, l’intuition, la conscience divine,…. en ce que vous voulez!), à l’inverse, retire la part de doute, il n’est donc plus nécessaire d’alimenter les pensées (créatrices) de manque 😉 !
Comment gérer tout ça? Encore une fois la maladie m’offre peu de marge de manœuvre physiquement, elle évolue, je n’ai pas trop d’énergie, peu d’autonomie, il me faut donc aller à l’essentiel: c’est donc une alliée précieuse pour moi.
Comme l’instant présent est la seule véritable réalité, j’essaie de rassembler mon énergie sur le présent, je fais donc des choix (même ceux qui paraissent déraisonnables, comme guérir 😉 ) et ensuite je tâche de vivre dans l’idée que tout ce que je vis contribue à manifester mes choix quelles que soient les apparences: Ainsi, au lieu de subir le présent en espérant le futur, le futur se construit grâce au présent sans que je m’en préoccupe. C’est une perspective très différente! l’attention n’est pas portée au même endroit.

N’est-ce pas le chemin qui compte? Et puis peu importe si l’objectif n’est jamais atteint! Ce qui me parle c’est l’acceptation de ce qui se présente, au-delà des choix que je peux faire, avec la confiance dans un processus qui me dépasse (comment prétendre maîtriser tous les paramètres de ma vie?). Je ne peux pas me conformer à une vision de la vie qui n’ai aucun sens, ce serait trop triste…. 🙂

Ce sont de bien belles pensées, je n’ai pas dit que je vivais cet état d’esprit tous les jours, j’ai eu des hauts et des bas, des questionnements et des doutes!

Pour moi, espérer c’est aussi se fermer des portes, parfois! Je peux mettre beaucoup d’espoir dans un objectif que j’ai choisi en fonction de mes connaissances, limitées, de la réalité, c’est très bien mais qu’aurais-je choisi si mes connaissances était plus grandes, ma conscience plus élevée?
C’est ainsi que quand les choses me dépassent, je me fixe des orientations plutôt générales, comme être joyeux, ce qui n’est pas incompatible avec la maladie…
Je peux aussi avoir une vision plus précise de mes choix, par mon intuition, lorsque ma conscience est plus grande de sur le sujet, comme guérir, toujours avec l’idée que ce n’est pas un but en soi, mais une étape utile sur mon chemin …

Je vous envoie plein d’énergie pour vous épanouir! 🙂

L’espérance et la crainte sont toutes deux filles de l’incertitude.
Sénèque ; Lettres à Lucilius – Vers 64 ap. J.-C.

Tu cesseras de craindre si tu as cessé d’espérer.
Sénèque ; Lettres à Lucilius – Vers 64 ap. J.-C.

Sources: http://www.proverbes-francais.fr/

Merci Alexandre Jollien pour la découverte de cette citation dans ton livre ( oups le tutoiement est venu alors qu’on ne se connaît pas, peut-être le fait de partager un handicap physique?) « La construction de soi ». Merci à Françoise pour le livre! 🙂

Une réflexion au sujet de « Espérer? »

  1. Neveu Emmanuel, tu es au cœur de la vie, là où elle est la plus fragile, où l’Espérance vient donner le terreau favorable à la graine qui donne la nouvelle plante. Guérir, je le demande avec toi avec toujours cette parole: « Que Ta volonté soit faite ». Comme l’amour, la prière est un acte volontaire avec des arguments personnels. Vivre pour encourager les autres à vivre montre chez toi une belle âme. Et toi, tu es dans « les autres ». Vivre c’est reconnaître, naître de nouveau « avec » en tout instant. De tout cœur avec toi, Manu, entre semblables.
    Hug ! Bises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *