J’aurais pu, j’aurais dû, j’aurais voulu

Ça ne sert à rien de regretter, ça ne sert à rien d’avoir des remords, ça ne sert à rien de culpabiliser. Pour ceux qui ne sont pas d’accord: franchement qu’est-ce que ça apporte?

Ce qui a été vécu c’est du passé, je peux le garder comme une expérience avant de décider comment je me comporterai la prochaine fois que la situation se représente. Comme je l’ai déjà dit un échec n’est pas un échec si il me permet d’évoluer. Et puis si je n’y arrive pas la prochaine fois, ce n’est pas grave, il faut souvent de nombreuses tentatives. Un enfant n’apprend pas à marcher en un jour, il en va de même avec les petits travers de ma vie que j’aimerais corriger.

Et finalement je pense que c’est la même chose pour les énormes erreurs, loupés ou manquements qui peuvent avoir des conséquences graves: J’ai agis en fonction de mes capacités du moment!
Là je parle de ce que je comprends, pas de ce que je sais mettre en application, pas toujours!!!

Il ne s’agit pas non plus de se rendre insensible, je ne désire pas faire comme si il ne s’était rien passé, je désire accepter la situation en pleine conscience. Il ne s’agit pas de mettre mes sentiments sous le tapis, dans ce cas je n’avance pas et ça ressortira! Je trouve sain de me sentir plein de compassion pour les conséquences sur autrui! C’est le moteur qui fait que je désire changer et évoluer!

J’avoue avoir été particulièrement productif dans la culture de ces sentiments de regrets, de remords, de culpabilité…. De honte aussi.
N’est-ce pas le signe d’un manque d’amour pour moi-même?

Également, lorsque je fais des reproches, que je cherche à faire en sorte que l’autre personne aie des remords, se sente mal (je le fait aussi en croyant éduquer mes enfants… oups), n’est-ce pas moi, en fait, qui ai ce besoin pour assumer ma propre culpabilité à l’égard de la situation? Si la personne en face de moi est sereine, comme à sa place je ne le serais pas, j’ai un sentiment d’injustice, peut-être parfois de jalousie?! Je me pose la question mais ce n’est pas conscient sur le coup…

Pour compléter, voici un bout de dialogue qui me plaît, me parle et me rassure 😉 , extrait du livre que j’affectionne « Conversation avec Dieu » de Neale Donald Walsch:

« Rappelle-toi également ceci : Tu enseignes ce que tu as à apprendre .
Il n’est pas nécessaire d’avoir atteint la perfection pour parler de celle-ci .
Il n’est pas nécessaire d’avoir atteint la maîtrise pour parler de celle-ci .
Il n’est pas nécessaire d’avoir atteint le niveau le plus élevé de l’évolution pour parler de celle-ci .
Ne cherche qu’une chose : l’authenticité. Cherche à être sincère. Si tu veux défaire tout le «tort» que tu t’imagines avoir fait, démontre-le par tes gestes. Fais ce que tu peux. Puis, laisse reposer les choses .

C’est plus facile à dire qu’à faire. Parfois, je me sens tellement coupable .

La peur et la culpabilité sont les seuls ennemis de l’homme .

La culpabilité est importante. Elle nous indique que nous avons mal agi .

II n’y a rien de «mal». Il n’y a que ce qui ne te sert pas ; ce qui ne dit pas la vérité à propos de qui tu es et de qui tu choisis d’être .
La culpabilité est le sentiment qui te tient englué dans qui tu n’es pas .

Mais la culpabilité est le sentiment qui, au moins, nous permet de remarquer que nous nous sommes égarés .

C’est de la conscience que tu parles, et non de la culpabilité .
Je te dis ceci : La culpabilité est une plaie — c’est le poison qui tue la plante .
Dans la culpabilité, tu ne grandiras pas — tu ne feras que t’étioler et mourir .
La conscience, voilà ce que tu recherches. Mais la conscience n’est pas la culpabilité, et l’amour n’est pas la peur .
La peur et la culpabilité, Je te le redis, sont tes seuls ennemis. L’amour et la conscience sont tes véritables amis. Mais ne les confonds pas, car les unes te tueront, tandis que les autres te donneront vie .

Alors, je ne dois me sentir «coupable» de rien ?

Jamais, au grand jamais. À quoi bon ? Cela te permet seulement de ne pas t’aimer — et cela élimine toutes tes chances de pouvoir aimer quelqu’un d’autre .

Et je ne dois avoir peur de rien ?

La peur et la prudence sont deux choses différentes. Sois prudent — sois conscient — mais ne sois pas craintif. Car la peur ne fait que paralyser, tandis que la conscience mobilise .
Sois mobilisé, et non paralysé. »

Et vous, est-ce que ça vous parle? 🙂

 

5 réflexions au sujet de « J’aurais pu, j’aurais dû, j’aurais voulu »

  1. Merci Manu pour ça!! Je t’embrasse fort contre mon cœur, en ce jour ou la pluie et le brouillard nous inonde. Le soleil reste dans ton cœur et dans ton âme et mets le soleil dans tant de foyer .
    Je t’aime

  2. Bien sûr que ça me parle ,ça sonne tellement vrai en nous , mais il nous faut sans cesse revenir à la conscience et recommencer!C’est libérateur aussi de savoir qu’on peut en parler sans arriver à appliquer cela à tous les coups ,loin s’en faut! C’est tellement bon de partager tout cela , c’est de l’amour il me semble , cette « mise à nu « de ce que nous sommes vraiment, non?
    Merci Manu pour ton article lumineux sur ton approche de ce qui nous attend tous(à plus ou moins long terme) je suis sûre que ce sera encore plus merveilleux que tout ce que nous pouvons imaginer!Je t’embrasse de tout mon coeur.

  3. Coucou cher Manu
    Quand vas tu te foutre la paix une bonne fois pour toute ?
    Tu as déjà mille et un inconforts physiques alors pour le reste prends les choses sereinement lâche toi savoure aime
    Je pense tant à toi et chacune de tes réflexions me touche en plein coeur
    Je t’aime très fort Manu

    1. Le fait d’exprimer mes pensées à travers ce blog faire partie de qui je choisi d’être, c’est avec enthousiasme que je le fais! Pourtant ce que tu me dis me touche beaucoup mais je ne suis pas torturé à l’intérieur, je me régale à prendre conscience des mécanismes qui dirigent mon mental pour essayer de m’en débarrasser et finalement me laisser conduire par les sentiments du cœur. 🙂
      Merci à toi, tu as raison, j’ai à me foutre la paix pour savourer!

  4. Culpabilité:Un poison ?Oui!Un tue-l’amour? Oui aussi!Un cherche-noises?Oui:il faut tellement se justifier, de préférence sur le dos des autres!Mais rien n’est totalement négatif:elle est aussi la manifestation d’une conscience nécessaire à prendre, pour éviter les erreurs à venir,le pire étant de dire qu’on s’en fout!Elle est la preuve de notre humanité au sens où l’on éprouve quelque chose: regret,honte …Alors il devient évident qu’une fois la prise de conscience opérée, il faut vite en sortir!
    Merci Manu pour ces réflexions de ton blog.
    Suzanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *