« Les lettres du Christ » – extraits

Les lettres du Christ

L’auteur est, d’après le texte, le Christ qui parle à travers une âme humaine réceptive et disposé…
Christ dit : « Je viens pour rectifier les mauvaises interprétations qui ont été faites des enseignements que j’ai donnés alors que j’étais connu sous le nom de JESUS en Palestine, il y a 2000 ans. »

source: http://lettresduchrist.com/

Extraits:

« j’aimerais préciser à tous ceux qui lisent ces Lettres que mon but, en venant par l’intermédiaire de ces dernières, est avant tout et principalement de dissiper les mythes qui ont entouré mon personnage humain et mes enseignements. Mon intention est que les doctrines et dogmes religieux meurent finalement de mort naturelle, dans le monde entier, – et d’une mort aussi complète que celle des animaux sacrifiés dans le Temple de Salomon.
Deuxièmement, je viens aussi pour aider les églises à abandonner leurs notions archaïques de « Dieu » et du « péché ». Aucun véritable progrès spirituel n’est possible tant que n’est pas atteinte l’aube de la prise de conscience claire que chaque personne est responsable de la voie qu’elle développe dans sa vie.
Troisièmement, je viens pour vous enlever de l’esprit les images d’un « Dieu Tout-puissant » de magnificence, de splendeur et de pouvoir actif illimité, qui récompense les vertueux et punit « les méchants ». Ces croyances, bien que consolatrices, sont complètement fausses.
Quatrièmement, je vous explique la Vérité de l’Être pour que vous chassiez finalement le vieux concept de « Dieu » assis sur son trône, quelque part dans le ciel, dont il est dit qu’Il a créé le monde et tout ce qui s’y trouve dans un temps relativement court.
Cinquièmement, je viens expressément pour aider la science à combler le fossé entre la CONSCIENCE UNIVERSELLE et l’apparition de particules électriques. Sans ce pont entre la Dimension Spirituelle Invisible et le monde visible de la « matière », la science restera enracinée dans des idées et concepts obsolètes au lieu d’avancer dans de nouveaux domaines de recherche spirituelle / scientifique pour l’amélioration de l’humanité. »

LdC 5

« J’ai vu que le « PÉCHÉ » était un concept artificiel opportunément inventé par les hommes pour décrire toute activité humaine causant de la souffrance à autrui. »

LdC 5

« La MANIFESTATION DE L’EGO – essentiellement le « JE » de l’individu, est empreinte uniquement du besoin d’AUTO-SATISFACTION et de SURVIE. »

LdC 6

« Il faut comprendre qu’il n’y a rien de mauvais dans la manifestation de l’ego. C’est l’outil nécessaire de création. C’est l’individu lui-même qui cause des déséquilibres dans sa vie en permettant aux manifestations de son ego de contrôler complètement sa personnalité, sans réfléchir ni tenir compte d’autrui.
Et même cela ne doit pas être jugé ni critiqué, puisque la personne sous l’empire des manifestations de son ego ne connaît pas d’autre moyen de penser ou d’agir dans la dimension terrestre.
L’enfant ne sait rien d’autre de la maîtrise de soi que ce que lui ont dit ses parents et ses enseignants.
Par conséquent, les erreurs qu’il commet en réponse à la vie et ses aléas ne peuvent être acceptées que de bon cœur par les parents et les enseignants, puisque l’enfant n’a aucune compréhension de ce qui le pousse.
S’il désire quelque chose – il VEUT quelque chose immédiatement et se demande pourquoi il ne l’aurait pas. Il n’a rien d’autre en tête. Il voit quelque chose qu’il aime – il le veut.
Il est cruel de dire rudement à un enfant : « Non, tu ne peux pas l’avoir » ; son système tout entier se sent insulté et agressé. Depuis son plus jeune âge, son éducation doit commencer par la logique et le réconfort – en lui affirmant son droit de se sentir en sécurité dans son environnement. Son sens de la sécurité devrait être développé en lui expliquant la bonne manière d’exprimer ses désirs. C’est l’AMOUR – et non l’irritation ou la colère, qui doit choisir les mots pour dire à l’enfant pourquoi il ne peut pas avoir ce qu’il désire. L’enfant entendra le message qui lui sera délivré avec amour. S’il est délivré avec colère, il suscitera les manifestations les plus profondes de son ego et prendra la forme de ressentiment – ouvertement ou de manière cachée –, ou d’un sentiment de profonde frustration qui teintera l’ego, réduisant le sens naturel de l’enfant de sa valeur intérieure. Un enfant doit posséder ce sentiment de valeur personnelle et ne devrait pas être maté ou détruit. »

LdC 6

Si vous y réfléchissez bien, vous réaliserez que ce que la science tient si fort pour des faits n’est, en réalité, qu’une croyance qu’elle crée en tirant des conclusions de l’exercice de ses cinq sens.

Rappelez-vous, dans votre approche des autres, d’être attentif à leur « ego ». C’est leur seul moyen de survie intérieure tant qu’ils n’ont pas acquis une vision réelle et durable de la Conscience Divine et qu’ils ne perçoivent pas, en outre, qu’ils ont en eux – et les transcendant – une source de pouvoir, de force et d’inspiration.

LdC 8

« Comme je l’ai mentionné plus haut, cette connaissance me permit d’accomplir des « miracles » et de maîtriser les éléments lorsque c’était nécessaire et approprié.
Tout comme je souhaitais ardemment faire exploser les mythes qui possédaient les esprits des Juifs en Palestine, je désire vivement vous montrer que de nombreuses théories avancées par vos scientifiques sont suscitées par une forte réaction aux dogmes et doctrines des églises.
Pour comprendre cette déclaration, il faut que vous preniez conscience du fait que jusqu’à l’époque de Darwin, alors que les diverses églises chrétiennes assuraient leur domination sur l’esprit des gens, il était généralement accepté que l’univers avait été créé exactement comme il est écrit dans la Genèse dans l’Ancien Testament biblique.
Lorsque les scientifiques tentèrent d’annoncer leurs découvertes et leurs théories, ils furent forcés de décrire leurs nouvelles croyances en présence d’une énorme opposition religieuse. En conséquence, ils jugèrent nécessaire de consacrer une grande partie de leur énergie mentale à prouver que les déclarations des Prophètes étaient fausses. Ce faisant, leur tactique 26 fit qu’ils perdirent leur clarté de vision et qu’eux aussi devinrent la proie de leur ego. Ensuite de quoi toute perception intuitive proposée par le monde scientifique fut tournée en dérision et jetée aux oubliettes par d’autres scientifiques. Du fait de ce climat mental, le balancier de la recherche de la Vérité passa du côté de la croyance inébranlable en la raison et la logique, emprisonnant ainsi l’intellect humain dans le matérialisme pour les réponses aux origines de la vie et de l’existence.
Il est donc absolument nécessaire que je réfute quelques-unes des « théories scientifiques » et démontre qu’elles sont tout aussi erronées que le sont les soi-disant « vérités » de la doctrine chrétienne. En abordant certaines de ces « théories », les scientifiques tout comme les hommes d’église ont plongé dans le domaine des suppositions non prouvées, absurdes, pour répondre aux questions qui ne pouvaient recevoir de réponses de la part d’esprits uniquement terrestres.
 »

LdC 5

Tant que les gens ne se réveilleront pas vraiment et n’ouvriront pas les yeux jusqu’à comprendre vraiment qu’ils sont l’individualisation de la SOURCE de leur ÊTRE, qui est une combinaison des IMPULSIONS PARFAITES de Créativité et d’Amour, ils resteront attirés par les tentations du matérialisme, par la satisfaction de leurs désirs corporels et par le désir de leur promotion personnelle au détriment des autres – allant des prises de contrôle et des grèves dans les affaires et dans l’industrie jusqu’aux disputes grossières dans les relations, aux meurtres, aux viols et à la guerre. Chaque fois qu’une personne exerce son ego au détriment d’autrui, la discorde et la colère s’installent.

C’est là la Loi primordiale de l’Existence, qui doit être rendue publique dans le monde entier.

Comment, alors, la nature humaine devrait-elle s’efforcer de vivre quotidiennement dans un monde naturellement dominé par les pulsions égoïques – le désir forcené de satisfaction personnelle ?
La réponse réside dans ma déclaration : « Faites à autrui ce que vous voudriez que l’on vous fasse. »

LdC 9