Tu es libre de choisir entre les deux…

« Toutes les actions humaines sont motivées, à leur niveau le plus profond, par l’une de ces deux émotions : la peur ou l’amour. En vérité, il n’y a que deux émotions, que deux mots dans le langage de l’âme. Ce sont les opposés extrêmes de la grande polarité que J’ai créée en produisant l’univers, ton monde, tel que tu le connais aujourd’hui.
Ce sont les deux points (l’Alpha et l’Oméga) qui permettent l’existence du système que tu appelles  » relativité « . Sans ces deux points, sans ces deux idées à propos des choses, aucune autre idée ne pourrait exister.

Chaque pensée humaine, et chaque action humaine, est fondée soit sur l’amour soit sur la peur. En réalité, il n’y a pas d’autres motivations et toutes les autres idées sont dérivées de ces deux-là. Ce ne sont que des versions différentes, des tournures différentes du même thème.
Penses-y bien et tu verras que c’est vrai. C’est ce que J’ai appelé la pensée racine. C’est une pensée soit d’amour, soit de peur. C’est la pensée derrière la pensée derrière la pensée. C’est la première pensée. C’est la force première. C’est l’énergie brute qui propulse le moteur de l’expérience humaine. Voilà comment le comportement humain produit, en chaîne, la reprise des mêmes expériences ; voilà pourquoi les humains aiment, détruisent, puis aiment à nouveau : toujours ce balancement d’une émotion à l’autre. L’amour parraine la peur qui parraine l’amour qui parraine la peur…

… Et la raison s’en trouve dans le premier mensonge (le mensonge que tu prends pour la vérité à propos de Dieu) : qu’on ne peut avoir confiance en Dieu; qu’on ne peut compter sur l’amour de Dieu; que Dieu t’accepte de façon conditionnelle; et que, par conséquent, le résultat ultime est douteux. Car, si tu ne peux compter sur le fait que l’amour de Dieu sera toujours là, sur l’amour de qui pourras-tu compter?
Si Dieu se retire lorsque tu n’agis pas correctement, les simples mortels n’en feront-ils pas autant?
… Ainsi; au moment où tu promets ton plus grand amour, tu accueilles ta plus grande peur.

Car aussitôt après avoir dit « Je t’aime », tu t’inquiètes de ce que cet amour te soit retourné. Et s’il l’est, tu te mets aussitôt à t’inquiéter de perdre l’amour que tu viens de trouver. Ainsi, toute action devient réaction (pour te défendre contre la perte) même lorsque tu cherches à te défendre contre la perte de Dieu. Cependant, si tu savais Qui Tu Es (l’être le plus magnifique, le plus remarquable, le plus splendide que Dieu ait jamais créé), tu n’aurais jamais peur. Car qui pourrait rejeter une telle magnificence ? Même Dieu ne pourrait trouver à redire d’un tel être…

Toute action entreprise par des êtres humains est fondée soit sur l’amour, soit sur la peur, et cela ne se limite pas aux relations personnelles. Les décisions qui affectent le commerce, l’industrie, la politique, la religion, l’éducation de vos jeunes, les programmes sociaux de vos pays, les objectifs économiques de votre société, les choix concernant la guerre, la paix, l’attaque, la défense, l’agression, la soumission, la décision de convoiter ou de donner, d’épargner ou de partager, d’unir ou de diviser, chacun des choix que tu fais librement, tout cela vient d’une des deux seules pensées possibles : une pensée d’amour ou une pensée de peur.
La peur est l’énergie qui contracte, referme, attire, court, cache, entasse et blesse.
L’amour est l’énergie qui s’étend, s’ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.
La peur enveloppe nos corps dans des vêtements, l’amour nous permet de rester nus. La peur s’accroche et se cramponne à tout ce que nous avons, l’amour donne tout ce que nous avons. La peur retient, l’amour chérit. La peur empoigne, l’amour lâche prise. La peur laisse de la rancœur, l’amour soulage. La peur attaque, l’amour répare.
Chaque pensée, parole ou action humaine est fondée sur l’une ou l’autre émotion. Tu n’as aucun choix à cet égard, car il n’y a pas d’autre choix. Mais tu es libre de choisir entre les deux »

Extrait de « Conversation avec Dieu »  Tome1 par Neale Donald Walsch

2 réflexions au sujet de « Tu es libre de choisir entre les deux… »

  1. Relire ce passage me renvoie à mon moi – intérieur et m’apporte de là sérénité.Il m’accompagne dans mon choix d’envisager le monde et me conforte dans celle-ci. Merci Manu de m’avoir fait découvrir ce livre et surtout merci pour ma part de faire des piqûres de rappels😘😘😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.